Il y a quelques mois, je poussais le bouton pause de mon blog. La raison ? Loin de ma famille, loin de mes amis, je préférais leur réserver l’exclusivité de mes aventures. J’avais aussi beaucoup moins de temps pour procrastiner en écrivant des articles inutiles. Aujourd’hui (et ça fait quelques semaines que j’y songe), j’ai le blog qui me démange. 

J’arrive bientôt à la fin de mon aventure « Volontariat » et je pense qu’il est temps de commencer à graver cette histoire pour toujours sur la toile (ouais, c’est beau je sais), ça et aussi pour que les futurs volontaires puissent avoir quelques échos positifs parce que ce tumblr risque de leur faire peur. Cela étant dit, entrons dans le vif du sujet les amis. J’ai donc passé mes 12 derniers mois dans un petit coin situé en plein milieu de notre belle France : l’AUVERGNE, et plus exactement Thiers. Quoi ? Vous ne connaissez pas ? C’est normal, il n’y avait bien que ma grand-mère pour s’exclamer « ah oui, les couteaux ! » à l’annonce de mon départ, les autres étaient plutôt dans le « c’est où ? » ou encore « ça existe ? » 


Avant d’arriver, je croyais que j’allais rencontrer tout un tas de paysans radins qui parlent comme « cha ». On m’a dit que là bas, il n’y avait pas grand monde, que les vaches faisaient la loi, que les volcans roupillaient sur leurs deux oreilles, que quelques irréductibles tentaient encore de tomber les lignes téléphoniques en guise d’acte terroriste pour revendiquer leur indépendance. Mais je savais aussi de source sûre que je mangerai bien : du fromage et de la charcuterie ; que je verrais de verdoyants paysages vallonnés et de charmantes bourgades médiévales.

ICI FINIT LA FRANCE, ICI COMMENCE L’AUVERGNE

Quand j’ai réservé mes billets de train pour Clermont Ferrand, je n’ai pas du tout été effrayée par les 8 heures de train et les deux changements réclamés. Parce qu’après tout, en partant de Bordeaux, c’est TOUT A FAIT NORMAL de passer par Djibouti, Sydney et Brasilia. J’avais acheté une jolie mais surtout immense valise rouge pour caser le strict nécessaire qui a rendu l’âme approximativement quinze minutes après son achat, me forçant à l’affubler d’une consolidation horrible en scotch brun et, après un petit déjeuner au gout de liberté en gare de Saint Pierre des corps j’ai donc débarqué pleine d’espoir mais aussi d’appréhension à Clermont Ferrand.

Pour moi, cette ville était jusqu’à présent une vague cité relativement importante en France (assez pour qu’Evelyne Dhéliat en parle à la météo) dont le principal attrait était son équipe de rugby (je n’ai aucune connaissance des règles de ce jeu, j’apprécie juste la beauté des maillots, moulants, laissant deviner des muscles saillants et celle des shorts qui … aherm, nous nous éloignons du sujet). Maintenant que je la connais mieux, pour moi c’est l’ASM, Michelin et la pierre volcanique. Oui, d’une, j’avais un esprit bien trop sud-ouest-centré pour savoir beaucoup sur Clermont, et de deux, si j’ai envie de ne retenir que trois choses, je n’en retiens que trois, nah !

Mais Clermont-Ferrand, on s’en fiche un peu, parce que ce n’est pas là que j’étais sensée passer mon année mais à Thiers (« c’est où ? », « ça existe ? ») offrant à la maman de Rox une large palette de nouveaux jeux de mots dont on se fiche du tiers comme du quart [rires enregistrés].

Avant de partir, je me suis assurée de connaitre un tas de choses sur cette ville, j’ai donc pour cela usé la page Wikipédia de la cité allant jusqu’à l’apprendre par cœur et visité ladite ville un million de fois sur google map (« ça va, y a un mac do, au pire j’irai là bas pour internet »). Mais, pour comparer Thiers sur internet et en réalité, c’est un peu comme le porno et le sexe dans la vrai vie. Le premier semble très excitant et absolument sans défaut, le second est complètement imparfait  mais tellement plus savoureux. 

A Thiers :

  •  J’ai développé ma patience : « Ah non, moi je vais pas par là, mais le prochain car est dans 4 h, vous pouvez toujours l’attendre là. »
  •  Développé mon sens des priorités: « Donc, si je prend le dernier bus, je peux aller faire les courses à carrefour et avoir de quoi dîner, mais ça veut dire qu’il faut que je remonte les courses à bout de bras. Ouais, sinon il me reste des biscottes et du ketchup. » 
  •  Musclé mes cuisses et mes mollets : « Tiens, des escaliers, cool, ça m’évitera de faire le grand tour par la côte. [plus tard] 1203 marches, 1204, 1205, 1206, 1207 … touss, touss, Roooh putain, pourquoi ils indiquent pas en bas que c’est un raccourcis pour l’AVC ce chemin ? »
  •  J’ai pu améliorer mon sens de l’orientation : « Mais si, et là tu tournes à droite après la coutellerie. – Mais y a 263 coutelleries dans cette ville, c’est quoi cette indication ? » 

En vrai de vrai, Thiers, c’est une ville médiévale au charme certain. J’ai fondu dés mon arrivée sur ce petit bourg tarabiscoté de partout avec un tas de passages secrets qui vous mènent de surprises en surprises. Je suis restée bouche bée devant la beauté des ruines des usines de coutellerie qui courent le long de la Durolle jusqu’au torrent du Creux de l’Enfer. Thiers, c’est aussi une vue à couper le souffle depuis le rempart. Il suffit de se poser là, avec un beau ciel dégagé, d’observer la chaîne des Puys enneigés, ou les lumières de la ville à la nuit tombée.

C’est vrai que je ne voudrais peut être pas y passer ma vie, mais c’est honnêtement un bel endroit à visiter au moins une fois dans sa vie, en plus c’est un peu la classe de connaitre un endroit que peux de gens aurait l’idée de découvrir. [ce message n’est pas sponsorisé par l’office du tourisme Thiernois]

 

36336_428534953873465_1203550833_n

je n'ai pas vécu l'enfer pendant un an, mais juste à côté. 

66593_428533943873566_1117242754_n

304329_428533867206907_2048749993_n

420890_428531697207124_622741887_n

536513_428534047206889_1444073544_n

559398_428533833873577_1502164909_n

c'est quand même beau Thiers ... 

vertical

 

J'en profite aussi pour vous dire qu'il y a du nouveau sur le blog, vous pouvez desormais trouver une page regroupant la description des principaux protagonistes de la vie de Rouky (que je completerai au fur et à mesure) ainsi que de tout nouveaux liens en favoris comme le forum RPG où j'ai retrouvé toute la clique: Shady Cove