Depuis toute petite, j’ai été considérée comme une petite fille sage, jamais un mot plus haut que l’autre, pas très audacieuse et tout à fait trouillarde. Qu’on se le dise, monter aux arbres et sauter dans la mer du haut des falaises n’a jamais fait parti de mon processus d’auto-construction.

On peut dire que les années allant, si mon caractère s’est développé (si, devenir une chieuse ça se travaille !) mon sens de l’aventure et mon gout du frisson n’ont pas vraiment évolué.

 A savoir, j’ai une copie ratée* qui sait très bien prendre avantage de ce handicap qu’est mon impressionnabilité. Il se cache derrière les portes ou sous les couettes en boule pour le plaisir d’apercevoir mon cœur tenter de s’échapper de ma poitrine.  Le petit a même une fois attendu près de 2 heures caché sous le bureau pour tout simplement se délecter du son de ma voix suraigüe en cas d’attaque inopinée d’un élément inconnu surgissant du noir.

 Mais parfois, on aime bien les trucs qu’on n’aime pas. J’aime pas que le frère s’acharne à vouloir sans cesse me faire subir une crise cardiaque mais j’aime bien le fou rire qui s’en suit. C’est donc comme ça que j’ai découvert que j’aimais les films d’horreurs. Enfin, comme ça et à force d’aller au cinéma avec le garçon.

 Qu’on se le dise, à part les plus tordues d’entre nous, les filles ne vont - en général - pas de bon cœur se faire exploser les nerfs devant des films de suspens (bon, je parle pour mes copines là, je vais éviter de généraliser ou je vais me traitée de tordue toute seule), non, la seule et vraie bonne raison pour laquelle on met les pieds au cinéma pour voir paranormal activity c’est pour pouvoir mieux se cacher les yeux contre vos épaules messieurs.

 En fait, le garçon est finalement passé du statut de « petit-ami potentiel » à celui de « meilleur-ami de la mort qui tue même pas t’imagines quoi entre lui et moi » alors plus moyen de se cacher en enfouissant mon visage dans son manteau (ce que je n’ai jamais réussit à faire pendant la première phase de notre relation, au lieu de cela je prenais sur moi, fermais les yeux et mordais ma langue au sang pendant qu’il mourrait de rire à côté). Au moins maintenant, chacun y trouve son compte, je peux visionner sur grand écran les films que je n’oserais pas aller voir seule tandis que lui se bidonne tout en s’amusant à m’effleurer le genou au moment le moins opportun pour me mener jusqu’à la crise de nerf. A savoir, il est aussi le seul à pouvoir supporter mes couinements apeurés pendant les 80% du visionnage, c’est sans doute pour ça que le garçon est number #1 dans le top 5 des mecs avec qui je traine.

  Le dernier film en date (si on ne compte pas ma découverte d’Alien ) fut donc La cabane au fond du jardin dans les bois. Un magnifique film d’auteur mettant en scène Thor, Dr Jackson Avery, un geek drogué, une blonde quelconque, une rousse tout aussi quelconque et une gamine-zombie-céline-dion-enfant. Si vous voulez un petit synopsis rapide, en gros c’est l’histoire de 5 jeunes qui partent en vacances et qui vont mourir dans d’atroces souffrance, appétissant.

hlLQ2

 

J’ai bien apprécié l’humour du film et le jeu sur les clichés, le suspens bien géré (même si je n’ai pas pleuré d’angoisse). Le scénario en lui-même aurait pu être très bon si la chute n’avait pas été si bâclée.

 

la-cabane-dans-les-bois-2012-17215-1727151988

Il a eu "Thor" de s'aventurer dans les bois.

Du coup, maintenant que je sais que j’aime bien avoir peur, je vais pouvoir me mater Silent Hill à moitié cachée sous ma couette et faire de beaux cauchemars !

 

___________________________________________________________________

 

*Pourquoi mon frère est-il une copie-ratée de moi-même ?

MOI : fille – intelligente (si ! c’est objectif !) - capitoneuse

LUI : garçon – couillon - garanti sans graisses animales

 

Si je l’apprends aujourd’hui, Rox le savait depuis déjà bien longtemps de toute évidence (BFF POWAAA !!!)

« Mais putaaaain ! Pourquoi les mecs n’écoutent jamais les filles !!! Quoi il n’y aurait pas eu de film sinon, je m’en fous, n’empêche qu’ELLE avait raison bol de nouille !! »

La qualité du film se voit au fait que, trop occupée à frissonner, je ne me souviens d’aucun prénom de personnage. 

L'auteur de ce blog décline toute responsabilité en cas de blague douteuse.