Je pense que c’est l’overdose de téléfilms américains sur la magie de Noël qui m’a filé le bourdon cette année durant les fêtes, ça ou l’insoutenable superficialité de l’être humain quand il s’agit de manger des huîtres.